TONY GARNIER

UN MUSEE ORIGINAL

 Historique

 Dimension artistique

 Dimension
 architecturale
 & urbaine

 Dimension sociale

LES VISITES

LA PROGRAMMATION CULTURELLE

S'ENGAGER AVEC
LE MUSEE URBAIN

    INFOS PRATIQUES
    CONTACTS






Un musée à ciel ouvert…









Des HLM que l’on visite…
Le parcours des murs peints
L’appartement musée des années 30


Des HLM que l’on visite…
Réalisation architecturale exemplaire, la Cité Tony Garnier est une véritable salle d’exposition en plein-air. L’ensemble de 49 immeubles construit par Tony Garnier est une belle illustration de ses conceptions urbaines novatrices. Il souligne l’engagement d’Edouard Herriot et de la Ville de Lyon en faveur de la construction de logements ouvriers.

Soixante dix ans plus tard, les œuvres conçues par les artistes de la CitéCréation sont l’emblème de la modernité retrouvée de ce quartier. Dans les rues, accrochées aux murs des immeubles, plus bel ensemble de peintures murales de Lyon.


Le parcours des murs peints

Dans ce lieu unique, 25 peintures murales monumentales, présentent l’œuvre de Tony Garnier et les cités idéales d'artistes internationaux :


- 1 mur peint restitue l’atmosphère de la maison de Tony Garnier ;

- 12 d'entre eux présentent la Cité Industrielle, œuvre théorique et projet utopique majeur de l’architecte;

- 4 autres illustrent les grands travaux réalisés pour la Ville de Lyon : la halle Tony Garnier (anciens marché aux bestiaux et abattoirs de la Mouche), le stade de Gerland, l’hôpital de Grange Blanche et le quartier des Etats-Unis ;

- 6 représentent les Cités Idéales d'artistes contemporains des six continents (Youssouf Bath pour la Côte d’Ivoire, Abdel Salam EID pour l’Egypte, Matt Mullican pour les Etats-Unis, La tribu des Warlis pour l’Inde, Marisa Lara et Arturo Guerrero pour le Mexique et Gregory Chestakov pour la Russie) ;

- 2 murs peints signalétiques complètent l’ensemble.


L’appartement musée des années 30

L’appartement est le témoin aménagé des logements typiques des années 30 de la Cité Tony Garnier. Il a été aménagé, en 1991, sur une initiative conjointe du Comité des locataires de la Cité Tony Garnier et de l’OPAC du Grand Lyon. Témoin de cette époque, il permet de se rendre compte de l’ampleur des opérations de réhabilitation conduites entre 1985 et 1997.

C’est en sollicitant la mémoire des habitants que ce logement ouvrier a pu être reconstitué dans ses moindres détails : de la couleur des murs à la décoration intérieure, en passant par l’aménagement de l’espace et le choix du mobilier.

Tous les objets présentés ont été donnés ou prêtés par les habitants du quartier
















































haut de la page