TONY GARNIER

UN MUSEE ORIGINAL

LES VISITES

LA PROGRAMMATION CULTURELLE

  Les événements

  Les expositions

S’ENGAGER AVEC
LE MUSEE URBAIN

    INFOS PRATIQUES
    CONTACTS






Les expositions en cours ou à venir










Les expositions déjà présentées


 
Sacré Béton !
De la haine à l’amour

Du 10 oct. 2015 au 18 dec. 2016 Grand chantier

Tantôt décrié, tantôt adoré, le béton est un matériau hors du commun. Quand les romains l’adoptèrent pour édifier leur Panthéon, ils ne se doutaient pas qu’un jour nous nous vêtirions de béton. Visible ou caché, utilitaire ou décoratif, le béton accompagne notre quotidien.

SACRÉ BÉTON ! Une exposition éducative et interactive pour découvrir la saga de la pierre liquide.

Du 10 octobre 2015 au 18 décembre 2016 du mardi au dimanche de 14h à 18h fermé lundi, les jours fériés / ouvertures exceptionnelles 1er et 11 novembre. Tarifs : 5 € / 4 € / gratuit moins de 12 ans / visite en groupe sur réservation

Partenaires officiels
SACRÉ BETON !

Lafarge
Vicat Vicat

Open béton
tous les dimanches de 15h à 17h
Le béton existe depuis la nuit des temps. Nous le connaissons comme matériau de construction, mais il sait aussi voler, flotter, éclairer, nous vêtir ou se transformer comme un caméléon. Nos médiateurs vous attendent dans l’exposition SACRÉ BÉTON ! pour un parcours truffé d’expériences visuelles et sensorielles.
Animation gratuite tout âge, seul l’achat du billet d’entrée est requis

Roc & Esteban au pays du béton
Roc, un chien facétieux, veut découvrir le monde. Esteban, son jeune maître, le suit d’aventures en aventures. À vous de mener l’enquête, une enquête en béton !
Livret-jeu destiné aux enfants / gratuit pour les enfants accompagnés d’un adulte visitant l’exposition

  


 
Vive le Confort Moderne !
Exposition du 12 octobre 2013 au 14 décembre 2014 Confort Moderne

Au lendemain de la Grande Guerre, tout est à faire : reconstruire, aménager, renouveler l’équipement archaïque des foyers. L’amélioration du pouvoir d’achat des familles, la généralisation du crédit, le génie créatif des industriels et les réclames publicitaires jouant déjà sur tous les registres de la séduction, promettent aux néo-citadins un monde nouveau.

Ainsi s’amorce une véritable révolution du quotidien : suces-poussière, douches à air chaud, machines lavantes ou armoires réfrigérantes allègent les corvées des ménagères. Dans cette dynamique, l’objet domestique offre ainsi la clef ouvrant les portes d’un monde meilleur où le vivre-mieux est à la portée de tous.

Cette période des années 20-40 devient l’antichambre de la société de consommation. Les objets dessinés et manufacturés en série pour le plus grand nombre, sont déjà pensés pour être remplacés au plus vite par des nouveautés encore plus désirables...

Cette exposition, ainsi que tous les rendez-vous culturels, éducatifs et festifs qui l’accompagnent, vous invite à un voyage inédit, pour saisir comment cette infernale stratégie du désir, fabriqua les Temps Modernes.

HORAIRES ET TARIFS

  • De 14h à 18h du mardi au samedi
  • les dimanches 21/09/14, 12/10/14, 9/11/14 et 14/12/14
  • Fermeture les jours fériés
  • Entrée : 5 € (catalogue offert)
  • Tarif réduit : 4 €
  • Gratuit pour les moins de 12 ans

VISITES COMMENTÉES DE L’EXPOSITION

  • Individuels : tous les mercredis, vendredis et dimanches d’ouverture, à 15h (1,50 € + billet)
  • Groupes : scolaires et adultes (sur réservation)

CONFÉRENCES

  • La Fabrique de la ménagère, par Nicole Blondel,
    Mardi 7 octobre 2014 à 18h30
    Médiathèque du Bachut 2, place du 11 novembre 1918 69008 Lyon
    Au début du XXe siècle, la ménagère fait son apparition avec le développement des classes moyennes et la disparition progressive des domestiques. Les familles sont de plus en plus nombreuses à résider en ville, elles se structurent fortement autour de la maitresse de maison.
    La ménagère doit alors posséder de nombreux talents : être ingénieuse, économe, organisée, avoir du goût,… tout en travaillant à l’extérieur et en assurant l’éducation des enfants. Epouse, mère et ouvrière tout à la fois, la femme de l’entre-deux-guerres est une femme « moderne ». Son domaine, la maison, dispose désormais de l’eau courante et l’électricité.
    La machine vient l’assister dans les tâches de lavage et de nettoyage, permettant une rationalisation du travail domestique calquée sur le développement industriel.
  • -------------------------------------
  • Tony Garnier et l’invention de l’urbanisme, par Pierre Gras,
    Mercredi 6 nov. 2013 à 18h30
  • La vie des objets, par François Portet,
    Jeudi 23 janvier 2014 à 18h30
  • Quels temps faisons-nous ? par Philippe Dujardin et André Micoud, rencontre animée par Michel Kneubühler et Jacques Bonniel,
    Mardi 25 mars 2014 à 18h30
    Salle des Mariages - Mairie du 8e - 12 avenue Jean Mermoz 69008 Lyon

Informations et réservation au 04.78.75.16.75.



 
Tony Garnier. Architecte et urbaniste.
Du 22 janvier au 15 septembre 2013.
 
Portrait_TG_auteur_inconnu_Vasari_Roma

Le musée urbain Tony Garnier vous propose de découvrir le parcours de Tony Garnier, son projet de Cité industrielle et sa prolifique carrière lyonnaise liée aux ambitions du Maire Edouard Herriot. Personnalité parmi les plus fécondes des premières décennies du XXe siècle, sa synthèse architecturale et urbaine a profondément marqué la science de l'urbanisme en conjuguant industrie et idéalisme socialiste.

« En matière d'urbanisme, toute idée neuve et hardie est intéressante. De l'ensemble de ces idées se dégagera la science vaste et éminemment utile pour l'avenir social et économique des cités », écrivait l'architecte en 1930.

Du stade de Gerland à l'hôpital de Grange-Blanche, des abattoirs de la Mouche au quartier des Etats-Unis, les principales étapes de la carrière et de l'œuvre de l'architecte sont présentés.
L'exposition apporte un éclairage nouveau sur des aspects peu connus de T. Garnier : la reconstitution visuelle des monuments antiques de Lyon, sa collaboration avec le sculpteur Jean Larrivé et son héritage à travers le travail de ses élèves.

Cette exposition a été conçue par le CAUE du Rhône.



 
Regards sur 8e Art
Du 24 octobre au 21 décembre 2012.
 
invitation 8e art

En 2014, le quartier des États-Unis à Lyon, sera un des sites majeur de l’art contemporain en France. Dix œuvres d’art seront installées le long du boulevard. Dix œuvres en résonance avec l’histoire et l’architecture de ce quartier.

La première phase du projet a permis de choisir quatre propositions artistiques qui firent l’objet d’une présentation en 2010. La seconde phase est en cours pour désigner les six autres qui complètent cette collection exceptionnelle.

L’exposition rassemble onze projets d’artistes européens. Parmi eux, six lauréats verront leurs œuvres réalisées. C’est l’occasion de présenter à nouveau le projet 8e Art dans sa globalité, depuis l’idée initiale jusqu’au choix définitif des dix projets, avant leur déploiement dans le quartier.

Artistes présentés: Martin BOYCE, Valentin CARRON, Philippe CAZAL, Carsten HÖLLER, LAb[au], Vincent LAMOUROUX, Jean-Bernard MÉTAIS, Paola PIVI, Tobias PUTRIH, Katerina SEDA, Tatiana TROUVÉ.

Visites commentées de l'exposition :
- Samedi 27 octobre à 16h30 et à 17h
- Mercredi 21 novembre à 17h
- Samedi 24 novembre à 16h30 et à 17h
- Entrée libre et visites commentées gratuites.
 
L’exposition « Regards sur 8e Art » est réalisée avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations.


Tony Garnier
Architecte et urbaniste

Du 14 février au 28 juillet 2012 Tony Garnier
Le musée urbain Tony Garnier accueille une exposition retraçant le parcours de Tony Garnier, son projet de Cité industrielle et sa prolifique carrière lyonnaise liée aux ambitions du Maire Edouard Herriot. Personnalité parmi les plus fécondes des premières décennies du XXe siècle, sa synthèse architecturale et urbaine a profondément marqué la science de l'urbanisme en conjuguant industrie et idéalisme socialiste.
 
« En matière d'urbanisme, toute idée neuve et hardie est intéressante. De l'ensemble de ces idées se dégagera la science vaste et éminemment utile pour l'avenir social et économique des cités », écrivait l'architecte en 1930.
 
Du stade de Gerland à l'hôpital de Grange-Blanche, des abattoirs de la Mouche au quartier des Etats-Unis, les principales étapes de la carrière et de l'œuvre de l'architecte sont présentés.
L'exposition apporte un éclairage nouveau sur des aspects peu connus de T. Garnier : la reconstitution visuelle des monuments antiques de Lyon, sa collaboration avec le sculpteur Jean Larrivé et son héritage à travers le travail de ses élèves.
Cette exposition a été conçue par le CAUE du Rhône.

ENVERS L'ENDROIT

L'espace urbain à l'épreuve de l'art

Du 15 octobre 2011 au 28 janvier 2012. Fermeture du 24 décembre au 2 janvier inclus

exposition envers l'endroit Une exposition proposée par le Centre d’Arts Plastiques de Saint-Fons avec les œuvres de Fabienne Ballandras, Bernd et Hilla Becher, Max Charvolen, Christo, La Documentation Céline Duval, Groupe MOI, Urs Lüthi, Roberto Martinez, Pascal Poulain, Georges Rousse.
 
A l'invitation du musée urbain Tony Garnier, le Centre d’Arts Plastiques a conçu une exposition explorant la diversité des relations entretenues par les photographes avec l'espace urbain ou bâti. A l'aide de leur propre vocabulaire plastique, aux confins du public comme du privé, les artistes se confrontent à un site, un lieu, un paysage citadin. Ils le mettent à l'épreuve en testant ses limites ou en le déployant, l'analysent, le déconstruisent, pour mieux le reconfigurer, et, finalement, en proposent d'autres modes d'appropriation.

Visite commentée gratuite par les médiateurs du CAP de Saint-Fons le samedi 19 novembre 2011 à 15h.



 
Les Utopies Réalisées prennent de la hauteur
 
Musée Urbain Tony Garnier
Cité Tony Garnier - © RUL - S.Nys
Exposition photo
 
16 juin au 01 octobre 2011 vernissage mercredi 15 juin 2011
 
Changer de regard sur l’architecture du XXème siècle.
Prenez de la hauteur avec l’exposition « Utopies Réalisées » pour découvrir autrement 5 sites emblématiques du patrimoine XXème siècle en région lyonnaise : - Cité Tony Garnier à Lyon
- Quartier des Gratte-ciel à Villeurbanne
- Couvent de la Tourette à Eveux
- Site Le Corbusier de Firminy-Vert
- Cité des Etoiles à Givors
Ces sites font souvent partie de notre quotidien, à tel point que nous ne les remarquons pas ou plus. Et pourtant, il s’agit de réalisations dont l’intérêt architectural est reconnu au niveau national et international. Cette exposition dévoile des points de vue inédits sur ces 5 sites, grâce à des prises de vue effectuées à l’aide d’une technique originale (appareil photo fixé sous un ballon à hélium). L’occasion de les (re)découvrir, comme un oiseau qui survole la ville …

 
Vous avez dit « Utopies Réalisées » ?
Mais ces 5 sites n’ont pas qu’un intérêt architectural. Ils nous emmènent à la découverte des grandes utopies sociales et urbaines du siècle passé. Car l’utopie, ça n’est pas forcément ce que l’on imagine. A l’origine, ce terme n’a rien de fantaisiste ou d’irréalisable, il désigne un contre-projet ambitieux face à une réalité jugée inacceptable. Et en ce sens, ces 5 sites traduisent le refus d’hommes politiques et d’architectes de se résigner à l’état dramatique de l’habitat dans les années 20, mais aussi après la seconde guerre mondiale. Ces sites sont le fruit de leur conviction que l’architecture et l’urbanisme modernes peuvent contribuer à un monde meilleur. Et ces utopies sont « réalisées » car tous ces sites ont la particularité d’être encore habités aujourd’hui. Chacun des 5 sites raconte ainsi un chapitre d’une histoire commune, celle des utopies du Mouvement Moderne du XXème siècle, depuis sa phase d’avant-garde à Lyon et à Villeurbanne, jusqu’à son apogée à Firminy et à Eveux, puis sa contestation et son renouvellement à Givors. Les « Utopies Réalisées » proposent donc une manière différente d’appréhender l’architecture et l’urbanisme du XXème siècle.

 
Une exposition itinérante et interactive
Cette exposition aura lieu au Musée Urbain Tony Garnier du 15 juin au 1er octobre 2011. Elle se tiendra ensuite successivement sur les autres sites du réseau des Utopies Réalisées. Par ailleurs, c’est à l’occasion de cette première exposition que sera lancé le site internet Utopies Réalisées (www.utopies-realisees.com), qui pourra être consulté sur place. A découvrir notamment : des panoramiques à 360° permettant de découvrir les Utopies Réalisées en s’immergeant au coeur des 5 sites. Le court-métrage Utopies Réalisées sera également projeté.

 
En savoir plus sur les Utopies Réalisées


IL SE PASSE QUELQUE CHOSE LE LONG DU BOULEVARD DES ÉTATS-UNIS

Chronique d’une commande publique.

8 avril au 21 mai 2011, du mardi au samedi de 14h à 18h

Cette exposition rassemble une partie des travaux photographiques effectués par Cyrille Weiner durant la première phase du projet 8e Art.

Le projet 8e Art porte sur la mise en valeur artistique et culturelle du patrimoine de GRANDLYON HABITAT le long du boulevard des Etats-Unis par l’installation d’une dizaine d’œuvres d’art contemporaines, elles seront accompagnées par la création d’ateliers d’artistes et d’un lieu ressources.
 
Durant deux ans, Cyrille WEINER suivra le projet grâce à un travail photographique qu’il effectue en résidence au contact du site, de ses habitants et des artistes.
Son intention : « réaliser in situ une chronique énigmatique et poétique de la transformation (…) en immersion dans le quartier, — des vues urbaines, des situations, des portraits qui s’intéressent en particulier à son histoire, son patrimoine et sa réalité sociale. »

 
Composante essentielle du projet, la médiation sera traitée sous forme « d’objets photographiques » envoyés aux habitants, qui seront autant « d’invitations pour un événement heureux ».
 
L’exposition du musée urbain Tony Garnier suit de peu le premier envoi (des posters représentant des habitants sur le boulevard, près des immeubles) fait aux 4600 foyers soit près de 11 000 locataires de GRANDLYON HABITAT dans ses résidences du boulevard des Etats-Unis.

ENQUÊTE DANS LA CITÉ IDÉALE

Le Musée urbain Tony Garnier vous propose de mener l’enquête au cœur de la Cité Tony Garnier, dans le cadre de la 7ème édition du Festival Quais du Polar 2011.

25, 26 et 27 mars 2011

Années 30 – Lyon – Quartier des Etats-Unis. Les premiers habitants emménagent dans ce quartier neuf avec réticence car d’étranges disparitions inquiètent le Tout-Lyon. Le célèbre égyptologue Gary Noirent est retrouvé sans vie, une statuette d’Anubis à la main. Venez en famille mener l’enquête, résoudre les énigmes et retrouver les indices pour élucider les mystères de cette Cité idéale. Un parcours qui vous conduira dans des lieux « noirs » et insoupçonnés !
 
Inscription par téléphone au 04.78.75.16.75 du mardi au vendredi entre 14h et 18h Retrait des billets 15 minutes avant l’heure du début du parcours-enquête (les places non retirées sont remises en vente).
 

Quand la lumière fait rayonner la ville

RETOUR EN IMAGES SUR ONZE ANNÉES DE FÊTE DES LUMIÈRES

8 décembre 2010 au 15 janvier 2011

Une exposition conçue par le service des événements et de l'animation de la Ville de Lyon, avec les clichés de Fabienne Allorant, Laurent Cerino, Muriel Chaulet, Tristan Deschamps, Michel Djaoui, Frédéric Guignard-Perret.

1989: Lyon invente son Plan lumière pour éclairer autrement la ville et son patrimoine. En transformant progressivement la vie nocturne, la lumière nous offre chaque soir une nouvelle lecture de la cité...

1999: La 1ère Fête des Lumières est lancée. Un festival de 4 jours qui associe la tradition du 8 décembre aux dernières évolutions technologiques. Une fête nourrie par le savoir-faire d’architectes, designers, plasticiens, éclairagistes, vidéastes...

2010: Cette année encore, laissons-nous surprendre, dans tous les quartiers, des scénographies spectaculaires aux installations les plus intimes.


Tony Garnier. Architecte et urbaniste

18 septembre au 27 novembre 2010

Le musée urbain Tony Garnier accueillera du 18 septembre au 27 novembre 2010 une exposition retraçant le parcours de Tony Garnier, son projet de Cité industrielle et sa prolifique carrière lyonnaise liée aux ambitions du Maire Edouard Herriot. Personnalité parmi les plus fécondes des premières décennies du XXe siècle, sa synthèse architecturale et urbaine a profondément marqué la science de l'urbanisme en conjuguant industrie et idéalisme socialiste.

« En matière d'urbanisme, toute idée neuve et hardie est intéressante. De l'ensemble de ces idées se dégagera la science vaste et éminemment utile pour l'avenir social et économique des cités », écrivait l'architecte en 1930.

L'exposition, très documentée et accessible à tous, est enrichie de maquettes de ses grandes réalisations. Du stade de Gerland à l'hôpital de Grange-Blanche, des abattoirs de la Mouche au quartier des Etats-Unis, les principales étapes de la carrière et de l'oeuvre de l'architecte seront présentés.

L'exposition apporte un éclairage nouveau sur des aspects peu connus de T. Garnier : la reconstitution visuelle des monuments antiques de Lyon, sa collaboration avec le sculpteur Jean Larrivé et son héritage à travers le travail de ses élèves.

L'exposition photos Les Déclassés de Karim Kal

Du 18 mars au 29 mai

Après des études aux Beaux Arts de Grenoble puis à l’école de photographie de Vevey, Karim Kal questionne, à travers son objectif, le rapport entre identité et territoire. De Cayenne à Alger, en passant par Evry, il met en image les architectures de l’exclusion.

Karim Kal ne compte pas sur le hasard pour lui offrir des instants de réel. Tout ce qui entre dans son cadre a longuement été pensé. Chambre, téléobjectif, 24X36, grand angle, il choisi avec soin l’appareil et la focale susceptibles de lui donner l’effet désiré. Frontalité, profondeur de champ, tout participe à l’acte photographique.
Dans son objectif, des immeubles, des barres, des baraques, des foyers d’hébergements. Autant d’architectures sociales qui révèlent par leurs structures tout de leurs commanditaires comme de leurs habitants. Aucun pathos, aucun misérabilisme dans ces images travaillées comme des portraits.

Sur le papier, les volumes dessinés par le béton ou les tôles ondulés s’extraient du réel. Contrairement à la production propre à l’école allemande de photographie, Karim Kal évite le face à face radical, la mise à distance de l’oeil.
Son sujet, il l’installe entre ciel et bitume, le met en scène à l’intérieur du cadre, en jouant justement des impératifs peu naturels de ce dernier. Le résultat se lit dans ce léger décalage entre ce qui est vu et ce qui est mis en image, laissant l’architecture s’y théâtraliser sans se figer.

 

Autour de L’exposition

Regards approfondis - Ateliers photos
Pour les photographes en herbe, Karim Kal propose, des ateliers d’apprentissage photos pour les enfants des centres sociaux et établissements scolaires - l’occasion de découvrir le quartier des Etats-Unis à travers les visions d’un artiste et d’apporter un regard artistique sur le paysage urbain du quotidien.
Ainsi, muni de leur appareil photo ou téléphone portable, des petits groupes de dix apprentis effectuerons ces sorties terrains avec Karim Kal comme «maître d’apprentissage».

Visites-Rencontres avec l’artiste
Retrouver l’artiste lors des visites-rencontres - l’occasion idéale pour aborder diverses thématiques concernant Karim Kal, son parcours, son travail, ses techniques photos et sa vision d’artiste.

Rencontres grand public : les samedis 10-17-24 avril, et 15-22-29 mai de 16h à 18h
Rencontre spéciale 8-14 ans : mercredi 14 avril de 14h à 16h

Télécharger le dossier presse

Site internet de Karim Kal

Résurrection dans le cadre de Veduta
Abdelkader Damani
Du 15 novembre au 19 décembre 2009

Veduta est un événement multiple qui prend au mot le thème de la Biennale d'Art Contemporain dont il est cousin, en recherchant la visibilité des œuvres et leur appropriation partout et par tous sur différents territoires (Lyon, le Grand Parc Miribel Jonage, Décines, Vaulx-en-Velin, Vénissieux et Villeurbanne).

L'équipe du musée s'est associé à celle de Veduta pour proposer des temps de découverte de l'art contemporain gratuits et ouverts à tous: dans le cadre scolaire ou périscolaire, seul, en couple ou en famille.

http://www.biennaledelyon.com/artcontemporain2009/veduta/
et plus précisément dans "fabriquer l'art contemporain", "exposition d'art contemporain".

Biennale Hors Les Normes
Didier Burgaz, Jean-Yves Lefebve, Eric Rivoire
Du 5 au 24 octobre 2009

Lieu partenaire de la Biennale Hors Les Normes, le Musée Urbain Tony Garnier vous propose de découvrir les oeuvres de Didier Burgaz, Jean-Yves Lefebvre et Eric Rivoire.
"Trois peintres dont les parcours se croisèrent dans un atelier de l’hôpital psychiatrique du Vinatier. Ils prennent la peinture à bras le corps pour engager une recherche sans compromis donnant un caractère sublimatoire à l’objet recherché. Le trait ne cherche pas sa cible, il semble la trouver. Ici la couleur et le trait s’affirment. Le mot se tait. Les yeux interrogent notre intériorité. La couleur envahit l’espace ou le quitte, nous sommes là dans une radicalité qui ne laisse place à l’esthétisme. Attention à la dictature de l’immédiateté, l’émotion se cache dans la narration picturale. Passeurs de rêves, ils vous emmènent en des contrées qu’eux seuls connaissent. C’est un voyage au pays des mille et une couleurs qu’ils vous proposent en ce lieu."

Site de la Biennale Hors Les Normes

"Une cité aléatoire"
Photographies de Clément Vialettes
Du 24 juin au 1er août 2009

Electronicien de métier, amateur d'informatique et passioné de photographie, Clément Vialettes crée des programmes, filtres numériques qui lui permettent de modifier ses photographies.
L'artiste présente ici avec une trentaine de tirages, une nouvelle interprétation de la ville: "Une cité aléatoire".


"18 tableaux à tout péter"
Association "Dîtes 33", Atelier La Rage
Du 24 juin au 01 août 2009

En préambule de la Biennale Hors Les Normes à Lyon, exposition d'une vingtaine de tableaux des artistes Loren, Joël Crespin, Palach Loda, Lechenu, Bernard pelligan, Karl Mulen, Guy Dallevet, Bernard Lenen et Anne-Marie Jouot.

Site de la Biennale Hors Les Normes
Site de la galerie La Rage

Le Tramway T4
Du 21 avril au 24 juin 2009

A l'occasion du lancement de la ligne T4, nous vous invitons à découvrir une série de photographies prises tout au long du chantier par Nicolas Robin. Une exposition qui rend hommage aux ouvriers qui ont travaillés sur le chantier et met en avant les différentes étapes techniques de la construction de cette nouvelle ligne de transports encommuns entre Feyzin et Vénissieux.
Photos: Nicolas Robin
Conception: Communiquez-BLLB
Financement: SYTRAL

Métropole (Not In My Back Yard)
Dominique Gauthey
Du 19 septembre au 26 octobre 2008

Ce photographe observe la traduction des mutations socio-économique dans l'espace urbain. Métropole (Not In My Back Yard) interroge la patrimonialisation massive de l'espace urbain à partir des grands ensembles d'habitation. Jouant d'associations ou de juxtapositions, l'accrochage renvoie, par endroits, aux codes de la promotion immobilière comme à l'esthétique des panoramas réalisés pour la propagande du Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme.
Le journal, en forme de variations colorées, réalisé à Bangkok par Chrystel Egal, artiste invitée, ouvre vers une approche littéraire de la ville.
L'exposition s'inscrit à la fois dans la programmation des Journées européennes du Patrimoine et dans celle de "Lyon, Septembre de la Photographie".


On the Wall
Fatima-Azzahra Khoubba
Du 3 juillet au 31 août 2008

Des couleurs, des formes, des mots forts, des chiffres, des flèches : les créations de Fatima-Azzahra Khoubba ressemblent à des schémas explicatifs chargés, agités.
L 'imaginaire et la spontanéité priment dans son travail qui s'inspire des murs peints et colorés de la Cité Tony Garnier dans laquelle elle a grandi.


La cité idéale québécoise
Du 27 mai au 12 septembre 2008

Présentation de maquettes conçues par des artistes BD du Québec. L'une d'elles est en train d'être peinte sur le mur pignon du Lycée Lumière qui se trouve en face de l'espace d'accueil et d'exposition du Musée urbain.
Exposition réalisée dans le cadre du 400e anniversaire du Québec, grâce à la Région Rhône-Alpes, à la Commission de la capitale nationale du Québec, à Cité Création et au soutien du Musée urbain Tony Garnier.


Tony Garnier 1899-1914 : Nouveaux Regards
Tony Garnier en contexte
Du 28 avril au 17 juillet 2007 et du 15 mars au 27 avril 2008

Précurseur du Mouvement moderne, l'architecte visionnaire, imprégné d’humanisme et sensible aux questions sociales qui agitent le XXe siècle à ses débuts a réalisé toutes ses œuvres sous la municipalité d’Édouard Herriot. Bien que la majeure partie d’entre elles n’aient été achevée qu’après la première guerre mondiale, elles hantaient déjà son esprit avant 1914 et même, pour certaines, dès son séjour à la Villa Médicis, de 1899 à 1904.
En témoignent de nombreux projets parmi lesquels certains préparent son œuvre majeure, Une Cité industrielle, publiée en 1917.En se fondant sur les publications les plus récentes et sur des recherches inédites, l’exposition Tony Garnier 1898-1914 : Nouveaux Regards met l’accent sur la période où l’architecte conçoit et projette scrupuleusement les grandes réalisations de sa carrière et se forge un style d’une indéniable nouveauté.

L’exposition Tony Garnier 1898-1914 : Nouveaux Regards a été réalisée dans le cadre de L’Esprit d’un Siècle, Lyon 1800-1914, une manifestation organisée en 2007 par la Délégation à la culture et au patrimoine de la Ville de Lyon.
Commissaires d'exposition : Dominique Bertin (Université Lumière, Lyon 2) et Pierre Vaisse (Université de Genève).

Le Musée Urbain Tony Garnier vous propose la location de cette exposition. Renseignez-vous auprès de nos services !


"Veduta - biennale de Lyon au Musée Urbain Tony Garnier"
Du 14 septembre 2007 au 26 janvier 2008

Dans le cadre de leurs actions de médiation, Veduta et le Musée Urbain Tony Garnier ont présenté des créations d'artistes participant au projet ou vivant dans la région.
(Georges Adilon, Dominique Blaise, Marc Desgrandchamps, Philippe Droguet, Le Gentil Garçon, Didier Gorgone, Jean-Claude Guillaumon, Christian Lhopital, Laurent Mulot, Kacem Noua, Slimane Raïs, Niek Van de Steeg, Bruno Yvonnet.
Les oeuvres interrogent la pertinence du lien de leur auteur au territoire local.
Certaines oeuvres ont été créées spécialement pour l'occasion. D'autres appartiennent à la collection du Musée d'art contemporain de Lyon.


Baraques
Dispensaire de la Mouche-Gerland 1929-1936
Du 8 février au 8 avril 2007

"Baraques" est une exposition réalisée par Vincent Lemire et Stéphanie Samson, deux anciens élèves de l'Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines de Lyon. Les baraques de Gerland sont un souvenir invisible, celui des bidonvilles de l'entre-deux-guerres : les aménageurs ont mis le feu aux baraques, la crise industrielle a détruit les usines. Quand Soeur Françoise Quartier est venue confier un album photographique à des étudiants, c'est la Mémoire qui venait à la rencontre de l'Histoire. Les jeunes historiens du laboratoire Mémoires Urbaines et Archives Ouvrières, déjà engagés dans cette démarche avec le film documentaire "Attaches" ont choisi de répondre à cet appel et de remplir leur devoir d'histoire. A la suite de la publication du livre "Baraques", une exposition itinérante a été successivement présentée à la Mairie du 7ème, à l'ENS LSH, à Aix en Provence, à Roubaix et au Musée Urbain Tony Garnier.
Voir le programme complet en pdf


Patrimonio Humano
Panama, Ville ancienne et contemporaine
Du 29 novembre 2006 au 14 janvier 2007

Dans le cadre des Journées de la Maison de l'Amérique Latine en Rhône-Alpes 2006 consacrées au Panama, le Musée Urbain a organisé plusieurs manifestations.

L'exposition photo "Patrimonio Humano" est un projet artistique unique, un regard sur la richesse humaine des habitants de Panama, avec, pour toile de fond, l’héritage architectural du « Casco Antiguo », la ville ancienne de Panama.
Les oeuvres de 26 photographes ont été exposées du 29 novembre 2006 au 14 janvier 2007 sur les façades de plusieurs établissements lyonnais.

L'exposition photo "Panama, Ville ancienne et contemporaine" exposera deux photographes : Isabelle Lisandre, la photographe officielle du "Casco Antiguo" et Jorge Quinzada, pour ses photos de la ville contemporaine.
Cette exposition a été présentée du 29 novembre 2006 au 14 janvier 2007 dans la salle d'exposition du Musée Urbain.


Le Front populaire « Au temps pour nous ! A la conquête du temps libre »
Du 3 octobre au 12 novembre 2006

En collaboration avec la Ville de Villeurbanne, Le Musée Urbain Tony Garnier présentera cette exposition en octobre - novembre (dates précises à déterminer très prochainement). Le commissariat général de l’exposition Au temps pour nous ! est assuré par la délégation Mémoire et Patrimoine de la Ville de Villeurbanne/Direction des Affaires Culturelles.

Grandes et petites histoires sur 70 ans de temps libre…
Les temps qui rythment notre vie ont beaucoup évolué au cours du 20e siècle : nouvelles répartitions entre temps de travail et temps libre et nouveaux usages du temps ont vu le jour. En 1936 le gouvernement du Front populaire réinvente une idée qui va bouleverser la société française : le temps libre. De cette période et surtout des premiers congés payés sont restées de belles images qui alimentent notre imaginaire des loisirs et des vacances. 70 ans de congés payés plus tard, à l’heure des « 35 heures, cette exposition explore l’héritage du Front populaire, ou l’aventure d’une société en quête d’épanouissement. (Des conférences et tables rondes seront organisées parallèlement à cette exposition).


Tony Garnier, Dessinateur d'Architecture
Du 17 février au 18 juin 2006

Tony Garnier (1869-1948) est le principal architecte urbaniste de Lyon au XXème siècle. De ses études à la Villa Médicis à ses réalisations pour les grands travaux de la ville, l'exposition inaugurale de la nouvelle salle du musée Urbain Tony Garnier retrace le travail de l'architecte à travers ses plans et dessins originaux : études de l'Antique, croquis de villas, de monuments et plans de concours comme le Phare Colomb de Saint Domingue, projet colossal digne de sa Cité Industrielle.


Les maquettes de la "Cité Idéale Chinoise"
Du 26 janvier au 10 février 2006

Suite à la présentation des maquettes de la "Cité Idéale Chinoise", un jury se réunira prochainement pour choisir l'un des 16 projets.
La "Cité Idéale Chinoise" choisie sera peinte sur un des immeubles appartenant au groupe Alliade / SLPH - angle rue Villon - Bd des Etats-Unis, lyon 8ème.

















 

 

 

 

 

 



































Philippe Droguet, Le cadeau