nom
Les Villas de Tony Garnier

commentaire
C’est à St Rambert-L’Ile Barbe que Tony Garnier décide de construire en 1910-12 une maison de campagne, rue de la Mignonne.

Cette villa est la première construction en béton pour l’architecte et traduit un art d’habiter emprunt de ses séjours méditerranéens.

Elle est complétée en 1919 par une villa édifiée pour sa belle-mère, où habitait sa femme, et en 1924 par une villa construite pour Mlle Bachelard.

Ces maisons sont le reflet d’une réflexion sur la domus.

La villa de Tony Garnier occupe 380 m2. La plupart des baies sont orientées sud-est, les pièces sont en direction du nord. L’architecte cherche avant tout à intégrer le bâtiment dans la nature qui l’entoure. Ainsi il privilégie la construction d’espaces intermédiaires : porche, véranda, pergola, toit-terrasse, qui ouvrent la maison sur l’extérieur.

Il faut également noter l’importance accordée à l’atrium, conçu comme un cloître à arcades avec en son centre une fontaine. La maison comprend une salle à manger, une cuisine, deux chambres, des ateliers, une salle de bain, un tablinum.
La chambre-salon est agrémentée d’une cheminée monumentale, de banquettes fixées au mur. Le lit est disposé dans une alcôve avec son socle en béton. Une vue du forum de Rome est suspendue au-dessus.

La salle de bain est ornée de mosaïque.

Les agencements d’inspiration antique s’allient à la modernité par l’utilisation de l’électricité, du chauffage central et du béton armé pour ce qui concerne le gros œuvre.

Un paysage de ville méditerranéenne est peint sur la pièce qui sert à recevoir les hôtes.

Le mobilier dessiné par Garnier s’inscrit bien dans cette volonté d’un style dépouillé jouant sur les formes simples, géométriques issues de la tradition antique. La simplicité de l’architecture est mise au service du décor et des objets : vases, sculptures, jattes, et poteries diverses.

Le 16 mars 1939, la maison est vendue. En 1958, le département du Rhône l’acquiert afin de pouvoir procéder à l’élargissement du quai Jean Jaurès ce qui entraîne une mutilation du bâtiment.