Le temps sacré des Arts décoratifs

Fils d’un peintre talentueux et formé aux Beaux-arts, Tony Garnier accorde une place essentielle aux Arts décoratifs dans ses architectures. Que ce soit dans sa villa particulière, dans le pavillon de l’exposition des Arts décoratifs de 1925 à Paris ou bien à l’hôtel de ville de Boulogne-Billancourt qu’il inaugure en 1933, les volumes qu’il combine révèlent la sculpture et le dessin qu’il affectionne. Dans chacun de ses grands chantiers ou bien pour les monuments aux morts, il a su associer, dès la conception, des artistes de son entourage dont il reconnaissait le talent.

précédent
suivant