Tony Garnier et la Méditerranée

La Méditerranée tient une place particulière dans la vie de l’architecte lyonnais. Étudiant à l’École des beaux-arts, il conclut ses années de formation et son séjour romain à la Villa Médicis par un voyage autour du bassin méditerranéen. Comme des centaines de jeunes gens avant lui, il se lance dans le « Grand Tour » pour parfaire son éducation artistique. L’Italie, la Grèce, l’Égypte et le Maghreb ne le laissent pas indifférent. Toute son œuvre sera influencée par l’architecture et les modes de vie rencontrés au cours de ce périple. 

Les avantages du climat méditerranéen et ses bienfaits pour la santé n’ont pas échappé à l’hygiéniste qu’était Tony Garnier. Tout comme l’élite lyonnaise du début du 20e siècle, il raffole des paysages du Midi, de la lumière et de la chaleur, et goûte à la vie méridionale avec son épouse Catherine, dès les années 1920. Pour apprécier les joies « saines » des bords de mer, la famille achète un pied-à-terre à Cassis. Il s’agit de deux villas contigües, plantées de pins, faisant face au cap Canaille et baptisées Les Géraniums et Les Capucines.

Les Garnier y séjournent régulièrement entre 1924 et 1939 et reçoivent avec joie la tribu familiale et leurs amis. Depuis leur grande terrasse, ils jouissent d’une vue exceptionnelle sur la mer qui change perpétuellement. L’ouverture de la pergola sur la terrasse cadre parfaitement le paysage maritime, le met en scène, telle une carte postale en mouvement, à contempler au fil des saisons. La propriété cassidenne était, pour cet homme discret, un havre de paix et un lieu de méditation.

Cassis-sur-mer (Bouche-du-Rhône). Villa Les Géraniums, la terrasse.
Éditions Patras. Collection MUTG

En savoir plus et découvrir d’autres images

Tony Garnier - L’Air du temps

Éditions Musée urbain Tony Garnier

200 pages couleurs
28€ en vente à la boutique du Musée